Ressources opportunes

Dictionnaire de la vente au détail : 101 termes importants que tous les détaillants devraient connaître

Notre dictionnaire de la vente au détail peut vous aider à vous débrouiller avec le jargon que vous entendez au jour le jour et à vous tenir au courant des dernières tendances. En savoir plus sur Square pour détaillants

  1. Magasin pilier : Un des plus grands, sinon le plus grand, magasins de détail d’un centre commercial ou d’une galerie marchande. Ce grand magasin ou cette épicerie contribue à fluidifier le trafic piétonnier, ce qui en fait un excellent voisin pour les petits détaillants. Également connu sous le nom de locataire pilier, locataire-clé ou locataire principal.
  2. Réalité amplifiée (RA) : Ce principe consiste à compléter l’environnement physique de l’utilisateur par des éléments virtuels, de sorte qu’ils semblent se trouver dans le même environnement. Dans le commerce, il peut être utilisé dans des catalogues de magasinage, des applications qui vous permettent de voir les offres en magasin en utilisant l’appareil photo de votre téléphone, des cabines d’essayage virtuelles, etc.
  3. ATS : Il s’agit de l’acronyme représentant la valeur moyenne des transactions, ou le montant moyen dépensé par un client en une seule transaction ou un seul achat. Il est calculé en divisant la valeur totale en dollars des ventes pendant une période donnée par le nombre de transactions effectuées pendant cette période. Cette mesure est un moyen précieux qui permet de déterminer si la valeur de vos ventes augmente; idéalement, vous souhaitez des ventes de plus en plus importantes au fil du temps.
  4. ATV : Cet acronyme correspond à la valeur moyenne des transactions. Comme pour l’ATS, il s’agit du montant moyen que les clients dépensent chaque fois qu’ils effectuent un achat.
  5. Code à barres : Un code qu’un appareil peut lire, composé de barres claires et sombres en alternance. L’espacement entre les barres indique au lecteur quel est le code numérique. Les codes à barres peuvent être des codes universels de produits (CUP) ou tout autre format numérique. Les codes à barres vous aident à faire le suivi des stocks entrant et sortant du magasin.
  6. Commande en attente : Lorsqu’une quantité précise d’un article n’a pas pu être remplie à la date demandée et que sa livraison est en différé, la commande est en attente.
  7. Magasin à grande surface : Comme son nom l’indique, il s’agit d’un grand magasin qui fait généralement partie d’une grande chaîne de vente au détail. Target et Best Buy sont des magasins à grande surface.
  8. Données volumineuses : Il s’agit d’un ensemble de données si vaste qu’il faudrait un programme sophistiqué, ou un spécialiste des données, pour en définir la signification. Lorsque vous examinez des données volumineuses (comme des informations de recensement ou des gazouillis), vous cherchez à analyser les comportements des clients, les données démographiques, l’information sociale, etc.
  9. Brique et clic : Ce terme est utilisé pour les détaillants qui intègrent leur site de commerce électronique et leurs magasins traditionnels. Lorsque les deux sont intégrés, il est possible de fournir des services Web et en magasin sans faille, comme l’achat en ligne avec retrait en magasin et l’achat en ligne avec retour en magasin.
  10. Vrac : La définition classique fait référence à la distribution de matières premières (telles que le charbon, le fer et les céréales) qui sont stockées et transportées en grandes quantités. Le terme peut avoir plusieurs définitions selon les secteurs d’activité. Il peut signifier l’achat d’une grande quantité d’un seul article ou faire référence à la zone de stockage des palettes.
  11. Tarification groupée : Entreprises qui regroupent un ensemble de biens ou de services pour les vendre à un prix inférieur à celui qu’elles exigeraient normalement si le client achetait tous ces biens ou services séparément.
  12. Fichier de carte : Selon les normes de conformité PCI, les fichiers de carte non sécurisés sont généralement un moyen à haut risque de stocker et de gérer les informations sensibles des clients. En savoir plus sur le stockage sécurisé des cartes de crédit.
  13. Carte enregistrée : Square offre l’option Carte enregistrée comme moyen sûr et sécurisé (conforme aux normes PCI) pour stocker les informations de paiement des clients. Il est l’équivalent d’un compte de membre. Il récompense vos clients réguliers en créant une expérience de passage en caisse rapide et facile (en personne ou non). Square offre cette fonctionnalité dans le cadre de sa solution PDV.
  14. Coût de possession : On y fait parfois référence en tant que coût de maintien des stocks. Il est principalement composé des coûts associés au capital investi dans les stocks et au coût d’entreposage.
  15. Caisse et emballage : C’est la section principale de passage en caisse d’un magasin de détail. Les détaillants y installent leurs PDV et les clients paient leurs articles. Parfois, la section caisse et emballage comporte des tablettes présentant des articles que les clients peuvent acheter en sortant.
  16. Rétrofacturation : Une rétrofacturation survient quand un client conteste des frais facturés par votre entreprise et demande à l’émetteur de la carte de les annuler. La rétrofacturation des cartes de crédit sert à protéger les clients des transactions non autorisées, mais elle peut occasionner une perte de temps et des complications pour les entreprises. Renseignez-vous davantage sur les rétrofacturations et la façon de les éviter.
  17. Lettre de contestation de rétrofacturation : Si une entreprise veut contester une rétrofacturation, elle peut envoyer une lettre de contestation pour convaincre le client de retirer le litige. La lettre doit prouver que le produit a bien été livré ou que le service demandé a bien été rendu. Renseignez-vous davantage sur le type de preuves dont vous avez besoin pour vous protéger des rétrofacturations non frauduleuses.
  18. Cliquer et ramasser : Cette fonctionnalité omnicanal permet aux clients qui achètent un article en ligne de le ramasser en magasin. Elle est également appelée « Acheter en ligne, ramasser en magasin », ou cliqué-retiré. Les consommateurs aiment la facilité et la commodité de cette fonctionnalité qui leur permet d’éviter les coûts d’expédition et les temps d’attente. Plus de 50 pour cent des clients ont utilisé un service comme celui-ci selon un sondage logiciel mené par JDA..
  19. Marchandisage croisé : La pratique de vente au détail qui consiste à présenter des produits de différentes catégories pour créer des ventes supplémentaires. Vous avez déjà vu ce type de présentoir dans une épicerie où des sodas, des chips, des trempettes et tous les produits dont vous pourriez avoir besoin pour un barbecue sont rassemblés au même endroit.
  20. Profilage de la clientèle : Ce terme caractérise les activités que les détaillants utilisent pour établir des relations avec leurs clients. L’un des moyens les plus populaires pour y parvenir est de recueillir et de faire le suivi des données sur les clients à l’aide d’un logiciel de gestion des relations avec la clientèle (CRM) qui peut ensuite être utilisé pour créer des communications et des expériences d’achat personnalisées.
  21. PDV infonuagique : Un point de vente infonuagique ou dans le nuage est un système de point de vente établi sur le Web qui vous permet de traiter les paiements par Internet, plutôt que sur votre ordinateur local ou sur un serveur. Renseignez-vous davantage sur les avantages d’un système de point de vente en ligne.
  22. Paiement sans contact : Les paiements sans contact sont mis en œuvre par la communication en champ proche ou CCP. Les cartes CCP ou les téléphones intelligents permettent aux clients de payer un achat sans toucher le terminal de paiement. Il leur suffit de faire un signe de la main ou de tapoter. Les paiements mobiles, tels que Apple Pay, font partie des types de paiements sans contact les plus souvent utilisés.
  23. Biens de consommation emballés : Ceci décrit les produits qui sont sous une forme prête à être vendus au consommateur. Ces produits (ou CPG) comprennent des biens non durables comme les aliments emballés et les boissons et d’autres produits de consommation. Ils sont souvent vendus rapidement et à faible coût.
  24. Marchandises en consignation : Les stocks qu’un détaillant ne possède pas ou ne paie pas avant qu’ils ne soient vendus. Dans un système de consignation, les marchandises sont laissées par un propriétaire (consignateur) à un agent (consignataire) pour les vendre. L’expéditeur reste propriétaire de la marchandise jusqu’à sa vente. Généralement, l’agent, ou le consignataire, reçoit un pourcentage sur les recettes de la vente.
  25. Produits de consommation courante : Les produits de consommation courante que les clients achètent régulièrement, sans avoir à prévoir les acheter. Ils sont souvent destinés à un vaste marché cible.
  26. Coût des marchandises vendues : Terme comptable utilisé pour décrire la valeur totale (ou le coût) des produits vendus pendant une période donnée. Également appelé CMV, il apparaît sur le compte de résultats (profits et pertes) et sert à calculer la rotation des stocks.
  27. Gestion CRM : [La gestion des relations avec la clientèle][12] est un système de gestion en ligne des relations avec vos clients actuels et potentiels qui stocke un répertoire des informations des clients en ligne. Découvrez en quoi consiste [la gestion CRM][13] (également désignée Gestion GRC).
  28. Stocks en stagnation : Également désignés « stocks stagnants », c’est ainsi que les détaillants classent les produits qui n’ont jamais été vendus ou qui sont en stock depuis très longtemps. Parfois, les stocks en stagnation sont le résultat d’une saisonnalité (les gens n’achètent pas de décorations de Noël en mai), alors qu’en d’autres occasions, les stocks ne sont tout simplement pas en demande, en aucun temps. C’est ce qu’on appelle les stocks stagnants, des produits qu’aucun détaillant ne souhaite stocker. Vous pouvez vous débarrasser des stocks stagnants en proposant des soldes ou des promotions, ou tout simplement les éviter en procédant à une analyse minutieuse.
  29. CD : Cet acronyme signifie centre de distribution. Un centre de distribution est un entrepôt ou un bâtiment spécialisé où l’on stocke un ensemble de produits destinés à être distribués aux détaillants (ou directement aux consommateurs).
  30. Dog : Un terme anglais faisant partie du jargon de la vente au détail pour désigner les stocks qui ne se vendent pas, c’est-à-dire, les stocks en stagnation.
  31. Expédition directe : Terme faisant référence à un accord entre un détaillant et un fabricant selon lequel le détaillant transmet les bons de commande des clients au fabricant, qui expédie ensuite les marchandises commandées directement au consommateur. Lorsque le détaillant utilise une méthode d’expédition directe, il ne garde pas les marchandises en stock. Les informations relatives à la commande et à l’expédition sont simplement transmises au fabricant. On y fait également référence en tant que livraison directe.
  32. Biens durables : Ce sont des produits qui peuvent être utilisés quotidiennement, mais qui ont une longue durée de vie utile. Il s’agit par exemple de meubles, de bijoux et de gros appareils électroménagers tels que les lave-vaisselle.
  33. Stockage à sec : Bien que le stockage à sec puisse avoir d’autres significations dans différents secteurs de l’industrie, dans le domaine de l’entreposage, il est généralement utilisé pour décrire le stockage non réfrigéré de produits alimentaires, tels que les conserves et les marchandises sèches.
  34. Détaillant électronique : Un terme qui fait référence à la vente au détail en ligne, c’est-à-dire, la vente sur Internet. Les détaillants électroniques peuvent être à très gros volume, comme Zappos, ou à petit volume, comme votre boutique de vêtements locale qui a également un magasin en ligne.
  35. EMV : EMV signifie Europay, Mastercard, Visa. Cette technologie est la norme mondiale pour les cartes de crédit qui utilisent des puces informatiques pour authentifier (et sécuriser) les transactions par carte à puce. Comme cette technologie crypte les informations bancaires, elle est beaucoup plus sûre que les cartes à bande magnétique (qui contiennent des informations statiques sur les titulaires de la carte). En savoir plus sur les normes EMV.
  36. Allées sans fin : Il s’agit d’une caractéristique d’un magasin traditionnel qui permet aux clients de parcourir et de faire des achats dans le catalogue complet d’un détaillant. Au lieu de garder tous les articles en stock, le magasin peut fournir l’ensemble du catalogue au moyen d’un écran tactile ou d’une tablette.
  37. Bas prix de tous les jours : Une stratégie de prix qui promet aux consommateurs de toujours offrir le prix le plus bas sans nécessité de comparer.
  38. Mode éphémère : Il s’agit de vêtements qui passent rapidement du podium ou des défilés de mode aux magasins. Les vêtements représentent les tendances les plus récentes. Des magasins comme H&M et Zara ont établi leurs activités sur la mode éphémère.
  39. Ventes Flash : Un type de ventes qui n’est offert que pour une durée limitée. Les énormes remises (50 % et plus) incitent les consommateurs à acheter, alors que la durée limitée, généralement de quelques heures à quelques jours, les oblige à agir rapidement. Certains détaillants en ligne, comme Gilt ou Zulily, ont établi toutes leurs activités sur les ventes Flash.
  40. Prévision : Une estimation de la demande future de produits ou de services. La demande historique est utilisée pour calculer la demande future, avec des rajustements en fonction de la saisonnalité et des tendances.
  41. PEPS (premier entré, premier sorti) : Une stratégie de coût pour la gestion des stocks selon laquelle les premières unités de stock achetées sont les premières vendues, qu’elles le soient ou non. C’est une façon courante de calculer la valeur des stocks; si vous supposez que le premier stock entré (le plus ancien) est le premier sorti, alors le coût de l’ancien stock est affecté au coût des marchandises vendues et le coût des nouveaux stocks est affecté aux stocks de fin d’exercice. Le coût des marchandises vendues est essentiel pour évaluer le taux de rotation des stocks et déterminer l’efficacité de votre gestion des stocks.
  42. Franchise : Une façon pour certaines entreprises de se développer en distribuant leurs biens et services en établissant une relation d’affaires sous licence. Dans le cadre de cette relation contractuelle, un franchiseur accorde une licence à un franchisé pour qu’il puisse exercer ses activités en utilisant le nom de l’entreprise. Habituellement, le franchiseur indique quels produits et services le franchisé doit offrir et fournit un système d’exploitation, la marque et le soutien à l’exploitation. McDonald’s et Subway sont des entreprises qui fonctionnent par systèmes de franchise.
  43. Commerce écologique : Commerce de vente au détail ayant recours à des pratiques commerciales respectueuses de l’environnement. Il peut s’agir de la fourniture de sacs à provisions réutilisables aux clients, aussi bien que l’ajout de panneaux solaires pour alimenter les magasins en électricité.
  44. Marge brute : La différence entre le coût d’un article et son prix de vente. À plus grande échelle, il s’agit du chiffre d’affaires qu’une entreprise réalise après avoir pris en compte tous les coûts directs de fabrication d’un produit ou de prestation d’un service. On y fait également référence en tant que marge bénéficiaire brute.
  45. Commerce de détail haute vitesse : Cette pratique accélère l’expérience d’achat du client. Les livraisons au volant, les boutiques éphémères et les commerces mobiles comme les camions de cuisine de rue font tous partie de cette catégorie.
  46. Achat impulsif : Lorsqu’un client fait l’achat non prévu d’un produit ou d’un service juste avant son passage à la caisse du magasin, il s’agit d’un achat impulsif. Certains détaillants placent de petits articles près de leur caisse pour encourager ce comportement (comme une épicerie qui met des magazines et des bonbons dans l’allée menant aux caisses).
  47. Gestion des stocks : Un système utilisé par un détaillant pour s’assurer de disposer des stocks nécessaires à l’endroit, au moment et en quantité appropriés. Dans ce type de gestion, le détaillant assure le contrôle et la gestion des commandes, des frais d’expédition et de manutention, ainsi que des coûts connexes.
  48. Rotation des stocks : Nombre moyen de fois que les stocks disponibles sont vendus ou utilisés au cours d’une période donnée. La plupart du temps, une rotation des stocks élevée est bonne, car cela signifie que vous vendez beaucoup sans trop stocker. Pour le calculer, divisez le coût des marchandises vendues par la valeur moyenne des stocks.
  49. Tarification Keystone : Une méthode pour le calcul du prix de vente des marchandises qui représente le double du prix de gros. Elle constitue un moyen facile pour les détaillants de couvrir leurs coûts et de réaliser un profit raisonnable.
  50. Mise de côté : Un service qui permet au client de mettre un article en attente chez un détaillant jusqu’à ce que l’article soit entièrement payé. Le client paie le produit par versements jusqu’à ce qu’il soit entièrement payé. Bien que certains détaillants proposent ce type de programme toute l’année, il est généralement annoncé pendant la période des Fêtes. Les programmes de mise de côté permettent au consommateur d’acheter plus facilement les produits et réduisent le risque financier pour le détaillant.
  51. Acquisition par emprunt : Une acquisition par emprunt est la façon par laquelle une entreprise achète des biens à l’aide de fonds empruntés (tels que des prêts de banques et d’investisseurs). L’acheteur utilise les actifs de l’entreprise comme garantie pour le financement et ses liquidités pour rembourser la dette.
  52. DEPS (dernier entré, premier sorti): Un principe selon lequel les nouvelles marchandises se vendent avant les anciennes. Selon ce principe, les ventes actuelles sont consignées avec la structure de coûts actuelle.
  53. Produit d’appel : Outil de marketing pour les détaillants, le produit d’appel est un article vendu à perte ou à un prix inférieur au prix de revient dans le but d’attirer de nouveaux clients. Les détaillants qui utilisent des produits à perte s’appuient sur le fait qu’une fois que les clients ont franchi la porte, ils achètent d’autres articles qui leur permettent de faire des bénéfices.
  54. Taille du lot : Aussi appelé quantité de commande, il s’agit de la quantité d’un article que vous commandez pour livraison à une date précise.
  55. Démarquer/Majorer : Une démarque représente la différence entre le prix de détail d’origine et le prix réduit; le produit est dévalué généralement parce que les clients ne l’achètent pas au prix d’origine. La marge bénéficiaire est le montant ajouté au prix de gros pour obtenir le prix de détail.
  56. Affichage côté client : Un affichage côté client, également désigné affichage ou moniteur client, est généralement un écran distinct qui permet aux clients de visualiser leur commande, les taxes, les remises et les informations de fidélisation pendant le processus de passage en caisse. Étant donné que les clients peuvent voir les articles passant en caisse, les affichages côté client contribuent à réduire les inexactitudes et les erreurs de traitement des achats, créant ainsi une meilleure expérience pour vos clients.
  57. Personnalisation en masse : Un produit qui peut être fabriqué à faible coût en grand volume, mais qui offre néanmoins à chaque client une offre personnalisée. L’ID de marque de Nike est un excellent exemple de chaussures qui peuvent être produites en masse, mais dans les couleurs précises que le client souhaite avoir.
  58. Marchandisage : La façon de présenter un produit dans votre magasin qui encourage les clients à l’acheter. Le marchandisage propose des bonifications comme le prix, l’emballage, les offres, les coupons, etc.
  59. Prix minimal annoncé : Une politique de tarification d’un fournisseur qui n’autorise pas les revendeurs à annoncer des prix inférieurs à un montant défini.
  60. Paiements mobiles : Les paiements mobiles sont des transactions réglementées effectuées de façon numérique sur votre appareil mobile. Ces transactions sont soutenues par la communication en champ proche (CCP). Les applications de paiement mobile les plus populaires sont Apple Pay et Android Pay. Lisez notre guide pratique pour en savoir plus sur les paiements mobiles.
  61. Indice des ventes mensuelles : Mesure des ventes saisonnières qui est calculée en divisant les ventes réelles de chaque mois par les ventes mensuelles moyennes, puis en multipliant les résultats par 100. Un résultat supérieur à 100 indique une croissance, alors qu’il y a une perte si le résultat est inférieur à 100.
  62. Vente au détail multicanal : La vente de marchandises sur plus d’un canal de vente géré indépendamment, comme les magasins traditionnels, les catalogues et la vente en ligne. Ce mode est précurseur de la vente au détail omnicanal, qui vise à relier ces différents canaux entre eux.
  63. Magasinage mystère : Une activité selon laquelle une société d’étude de marché, un groupe de surveillance ou même un propriétaire de magasin envoie un client fictif pour évaluer les produits ou le service à la clientèle dans un magasin. Le client mystère se comporte comme un client régulier (ou effectue des tâches prédéfinies) et fournit ensuite une rétroaction pour aider le magasin à améliorer ses pratiques.
  64. Vente au détail sur un créneau spécialisé : Une pratique qui consiste à ne vendre qu’à un segment précis de marché. Un détaillant sur créneau spécialisé vend un type de produit précis ou un ensemble de produits connexes. Warby Parker est un détaillant sur créneau spécialisé dans le secteur de la lunetterie. Mais votre animalerie locale est également un détaillant sur créneau spécialisé bien qu’elle offre une large gamme de produits.
  65. Bénéfice net : Il s’agit du bénéfice réel une fois que les frais d’exploitation sont payés. Le calcul s’effectue en soustrayant les frais d’exploitation du bénéfice brut.
  66. Marge bénéficiaire nette : Le pourcentage de recettes obtenues après avoir déduit les dépenses des ventes. Il s’agit d’une mesure de rendement qui indique le bénéfice qu’une entreprise tire de ses ventes totales. Elle est calculée en divisant le bénéfice net par les ventes nettes.
  67. Ventes nettes : Les recettes qu’un détaillant réalise sur une période donnée, après déduction des marchandises retournées, des produits démarqués et des remises accordées aux employés.
  68. Stocks obsolètes : Les produits qui ne sont pas vendus ou qui ne sont pas utilisés pendant une période définie (pouvant être des semaines ou des années, selon le détaillant). Reportez-vous à Stocks en stagnation.
  69. Prix réduit : Ce sont des marchandises que l’on achète à un prix inférieur au prix normal. La vente de marchandises à prix réduit peut être un excellent moyen d’attirer les clients dans votre magasin.
  70. Marketing ominicanal : Le marketing omnicanal vise à créer une expérience homogène sur l’ensemble des canaux de commercialisation d’une marque. Il est différent du marketing multicanal. La plupart des détaillants pratiquent déjà le marketing multicanal; ils utilisent un site Web, les médias sociaux, le courrier électronique et d’autres canaux pour diffuser des messages de marque, des promotions, etc. L’omnicanal diffère du marketing multicanal en ce qu’il prend en compte la manière dont les consommateurs interagissent avec tous ces canaux et comment ils passent de l’un à l’autre; le marketing omnicanal consiste à relier les points entre les canaux. L’objectif est de faire en sorte que les clients se déplacent au sein de l’écosystème de la marque, chaque canal travaillant en harmonie pour favoriser les ventes et l’engagement. Une stratégie de marketing omnicanal peut inclure des éléments tels que des programmes de fidélisation intercanaux, des programmes de ramassage en magasin, des applications pour téléphones intelligents permettant de comparer les prix ou de télécharger des coupons et des livres numériques interactifs en magasin, en plus des canaux plus traditionnels. En savoir plus sur la manière de mettre en œuvre une stratégie marketing efficace pour le commerce de détail omnicanal.
  71. Délai d’exécution de la commande : Le nombre de jours entre le moment où une entreprise achète les intrants dont elle a besoin pour la production et celui où ces articles arrivent à l’usine de fabrication.
  72. Conformité PCI : PCI DSS signifie Payment Card Industry Data Security Standard, c’est-à-dire, Norme de sécurité des données du secteur des cartes de paiement. Elle définit les exigences que doivent respecter les organisations et les vendeurs pour accepter, stocker, traiter et transmettre en toute sécurité les données des titulaires de cartes lors des transactions par carte de crédit afin de prévenir la fraude et les violations de données. Toute organisation qui traite des paiements par carte de crédit doit prouver qu’elle se conforme aux normes PCI.
  73. Planogramme : Il s’agit d’un plan détaillé d’un magasin. Il représente visuellement l’emplacement des produits et des catégories de produits dans un magasin (sur les étagères, les rayons, etc.) qui stimulent le plus les ventes. Un planogramme est un outil utile pour réfléchir à l’impact de l’emplacement sur le comportement d’achat et à la manière dont les détaillants peuvent être plus efficaces dans leur espace.
  74. PLU : Acronyme de « Price look-up », un système qui affiche la description et le prix d’un article lorsque le numéro de l’article est saisi ou numérisé au point de vente. Les PLU sont souvent imprimés sur le reçu du client pour lui rappeler les articles qu’il a achetés.
  75. Boutique éphémère : Un magasin de courte durée qui conserve un espace physique pendant un temps limité. Les boutiques éphémères peuvent être installées n’importe où, dans des espaces de vente au détail vides, des kiosques de centre commercial, des parcs, etc.
  76. Tarification de prestige : Il s’agit d’une stratégie de tarification utilisée par les détaillants haut de gamme, dans laquelle un article est fixé à un niveau élevé pour indiquer son exclusivité, sa qualité ou son luxe. La tarification de prestige est destinée à attirer les consommateurs soucieux de leur statut ou ceux qui veulent acheter des produits de qualité supérieure.
  77. Approvisionnement : C’est le processus d’approvisionnement, de négociation et de sélection stratégique des marchandises pour votre magasin de détail.
  78. Cycle de vie du produit : Terme qui décrit les étapes par lesquelles passe un produit une fois qu’il est sur le marché. Il y en a quatre : introduction, croissance (des ventes), maturité et déclin, et elles indiquent si les ventes prévues sont fortes ou faibles. En portant une attention particulière au cycle de vie de chaque produit, vous pouvez recueillir des informations pour améliorer les futurs produits, les promotions et les offres.
  79. Facture pro forma : Document qui décrit l’engagement du vendeur à livrer des produits ou des services à l’acheteur à un prix spécifique. Elle est envoyée avant l’expédition des produits ou l’exécution des services; il ne s’agit donc pas d’une véritable facture.
  80. Système de point de vente (PDV) : À la base, un système de point de vente comprend le matériel et les logiciels qui permettent à un détaillant de faire passer les clients à la caisse, d’enregistrer les ventes, d’accepter les paiements et d’acheminer ces fonds vers la banque. Mais le point de vente au détail idéal peut faire plus qu’enregistrer des ventes. Avec les bonnes intégrations logicielles, il peut vous aider à gérer l’ensemble de votre entreprise et faciliter votre croissance à long terme.
  81. Marque privée : Une marque qui n’appartient pas à un fabricant, mais au détaillant ou au fournisseur. Les détaillants et les fournisseurs achètent les produits et les commercialisent sous leur nom. Les marques Up & Up et Simply Balanced de Target sont deux exemples de lignes de marque privée.
  82. Bon de commande : Un document utilisé pour communiquer un achat à un fournisseur. Il peut également être utilisé pour approuver, faire le suivi et traiter les achats. Un bon de commande indique généralement les types, les quantités et les prix convenus pour les produits ou les services, ainsi que les dates de livraison.
  83. Quantité en stock : Ceci décrit la quantité d’articles qu’un détaillant a en sa possession.
  84. Quantité en commande : Les stocks que vous avez commandés sur des commandes ouvertes ou des commandes pour fabrication.
  85. Remise sur quantité : Une incitation offerte à un acheteur pour qu’il achète une certaine quantité à un coût unitaire réduit.
  86. Vente au détail par relation : Une stratégie que les entreprises utilisent pour fidéliser et créer des relations durables avec les clients. Il existe de nombreuses stratégies que les détaillants peuvent utiliser pour atteindre ces objectifs, notamment des programmes de fidélisation, un service à la clientèle de premier ordre, des politiques de retour avantageuses ou des expériences personnalisées.
  87. Ciblage publicitaire : Une pratique publicitaire selon laquelle les publicités en ligne sont ciblées sur les consommateurs en fonction de leurs actions précédentes. Un détaillant comme Nordstrom, par exemple, cible les consommateurs en fonction de ce qu’ils ont consulté sur son site. Un consommateur peut avoir regardé une paire de souliers sur le site de Nordstrom et est ensuite ciblé par une publicité pour ces souliers sur Facebook.
  88. Technologie RFID : L’identification par radiofréquence est la technologie qui fournit des ondes radio pour faire le suivi, lire et capturer les informations contenues dans une puce sur l’étiquette ou l’emballage d’un produit. La technologie RFID est utilisée pour prendre des mesures précises des stocks, mais les détaillants étudient également comment l’utiliser pour en savoir plus sur les clients.
  89. Freinte des stocks : La différence entre la quantité de stock inscrite dans les livres d’un détaillant et le stock réel qui est disponible. De façon simple, il s’agit de la perte de stock qui peut être attribuée à des facteurs tels que le vol par un employé, le vol à l’étalage, une erreur administrative, une fraude de la part d’un vendeur ou les marchandises endommagées.
  90. Unité de gestion des stocks (UGS) : La signification d’UGS peut porter à confusion. Il s’agit d’un numéro (généralement à huit chiffres alphanumériques) que les détaillants attribuent aux produits pour faire le suivi des stocks en interne. Il est utilisé dans la gestion des stocks pour faire le suivi et distinguer un article d’un autre. Une UGS représente tous les attributs d’un produit, y compris la marque, la taille et la couleur. Par exemple, un type de chaussure peut avoir 40 UGS, dans diverses combinaisons de tailles et de couleurs. Une UGS est souvent confondue avec un CUP (code universel des produits), car les deux sont utilisés pour désigner les produits. La différence est que les UGS sont uniques à un détaillant, alors que le CUP s’applique à un produit, quel que soit le détaillant qui le vend.
  91. Commerce social : De nouvelles pratiques de commerce électronique qui intègrent les médias sociaux des sociétés, le contenu généré par l’utilisateur ou une interaction sociale. Cela ne signifie pas que les plateformes sociales, comme Instagram, sont les plateformes où les achats se font; au contraire, les réseaux sociaux contribuent à stimuler les ventes. Il existe plusieurs types de commerce social : les marchés de pair à pair, les achats groupés, les sites de recommandation par les pairs, les ventes sur les réseaux sociaux et les achats personnalisés, pour n’en citer que quelques-uns.
  92. Repérage en magasin : Une pratique de consommation consistant à examiner les produits dans un magasin, puis à les acheter en ligne à un prix inférieur. Le repérage en magasin devient de plus en plus populaire à mesure que l’utilisation des téléphones portables augmente et que de nouvelles applications de vérification des prix et de magasinage voient le jour.
  93. Fidélité envers un magasin : Terme utilisé pour désigner l’acheteur qui choisit un magasin, lui fait confiance et s’y rend de façon systématique pour faire des achats. Un détaillant peut encourager la fidélité du client en offrant des programmes de fidélisation et des promotions spéciales pour les clients réguliers.
  94. Gestion de la chaîne d’approvisionnement : La gestion du flux des marchandises et des services, impliquant le mouvement et l’entreposage de produits bruts, en cours de fabrication et finis allant du point d’origine au point de consommation.
  95. Vente au détail adaptée : Cette pratique de vente au détail, désignée « Tribetailing » consiste à adapter ce que vous faites - de vos produits et de la conception de votre magasin au marketing et à la communication - pour un groupe de personnes ou une population en particulier. L’objectif n’est pas d’attirer le public ou un marché de masse, mais de conquérir le créneau visé.
  96. Bail à loyer hypernet : Un contrat de location d’une propriété commerciale selon lequel le locataire accepte de payer toutes les dépenses courantes de la propriété (comme les impôts fonciers, l’assurance du bâtiment, l’entretien) ainsi que des dépenses comme le loyer et les services publics. Comme le propriétaire n’a pas à se soucier des coûts variables de la propriété, ce type de bail a généralement un taux de location inférieur à celui d’un bail standard.
  97. Stand en T : Un dispositif de marchandisage typique utilisé pour exposer des vêtements. Il peut être composé de bras droits ou en forme de cascade.
  98. Unités par transaction (UPT) : Cette mesure est une moyenne de la quantité d’articles vendus lors de chaque transaction de vente. Il s’agit d’une mesure pour faire le suivi de la croissance sur une certaine période.
  99. Marchandisage visuel : Une pratique consistant à créer des présentoirs visuellement attrayants, des expériences en magasin et des concepts qui stimulent l’achalandage et maximisent les ventes. Des études ont montré que le marchandisage visuel peut influencer la perception du client quant à la qualité de l’article et la probabilité qu’il achète un produit.
  100. Système de gestion d’entrepôt : Application logicielle conçue pour gérer le mouvement et l’entreposage des produits dans un entrepôt. Le système est généralement divisé en trois opérations : l’entrée en stock, le réapprovisionnement et le prélèvement.
  101. Vente en gros : Il s’agit de la vente de marchandises en grande quantité à des détaillants qui ensuite les revendent.

Gérer une entreprise n’est pas chose facile, mais Square est là pour vous aider. Nous avons tous les outils dont vous avez besoin pour lancer, gérer et développer votre entreprise, que vous vendiez en personne, en ligne ou les deux. En outre, nous avons fait en sorte que tous nos outils interagissent comme un seul système, ce qui vous permet de gagner du temps et de l’argent et de prendre des décisions plus facilement. Vous pouvez donc vous remettre à faire le travail que vous aimez et vous concentrer sur la suite. Découvrez comment Square fonctionne.