Formule du seuil de rentabilité et analyse : comment calculer le seuil de rentabilité de votre entreprise ?

Quand mon activité sera-t-elle rentable ? C’est l’une des principales questions auxquelles vous devez répondre lorsque vous créez une entreprise. C’est pourquoi il est important d’effectuer une analyse du seuil de rentabilité, qui vous aide à déterminer les coûts fixes (comme le loyer) et les coûts variables (comme les matériaux) afin que vous puissiez fixer vos prix de manière appropriée et déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise.

Le point d’équilibre est le pivot de l’analyse du seuil de rentabilité.

Un système qui évolue avec votre entreprise.

Nous vous accompagnons dès le début de votre aventure.

Que représente le point d’équilibre pour une entreprise ?
Le seuil de rentabilité d’une entreprise est atteint lorsque les revenus sont égaux aux coûts. Dès que vous aurez déterminé ce chiffre, vous devrez examiner de près tous vos coûts (du loyer à la main-d’œuvre en passant par les matériaux) de même que votre structure de prix.

Ensuite, posez-vous les questions suivantes : vos prix sont-ils trop bas ou vos coûts sont-ils trop élevés pour atteindre le seuil de rentabilité en un temps raisonnable ? Votre entreprise est-elle durable ?

Comment calculer votre seuil de rentabilité ?

Il existe quelques formules de base pour vous aider à calculer le seuil de rentabilité de votre entreprise. L’un est basé sur le nombre d’unités de produit vendues et l’autre sur les points de profit des transactions commerciales. Voici comment calculer le seuil de rentabilité :

  • Comment calculer un seuil de rentabilité basé sur les unités : Divisez les coûts fixes par le revenu par unité moins le coût variable par unité. Les coûts fixes sont ceux qui ne changent pas, quel que soit le nombre d’unités vendues. Le revenu est le prix pour lequel vous vendez le produit moins les coûts variables, tels que la main-d’œuvre et les matériaux.

  • Point d’équilibre (Unités) = Coûts fixes ÷ (Revenu par unité – Coût variable par unité)

  • **Pour déterminer un seuil de rentabilité basé sur le bénéfice des opérations commerciales : **Divisez les coûts fixes par la marge sur coûts variables. La marge sur coûts variables est déterminée en soustrayant les coûts variables du prix d’un produit. Ce montant est ensuite utilisé pour couvrir les coûts fixes.

  • Point mort (Bénéfice des transactions commerciales) = Coûts fixes ÷ Marge sur coûts variables.

  • Marge sur coûts directs = Prix du produit – Coûts variables
    Pour avoir une meilleure compréhension de ce que cela signifie, analysons plus attentivement les composants de la formule mathématique.

  • Coûts fixes : Comme indiqué ci-dessus, les coûts fixes ne changent pas en fonction du nombre d’articles vendus, tels que le loyer payé pour les devantures ou les installations de production, les ordinateurs et les logiciels. Les coûts fixes comprennent également les frais payés pour des services tels que la conception graphique, la publicité et les relations publiques.

  • Marge sur coûts variables : La marge sur coûts variables est calculée en soustrayant les coûts variables d’un article du prix de vente. Ainsi, si vous vendez un produit à 100 € et que le coût des matériaux et de la main-d’œuvre est de 40 €, la marge sur coûts variables est de 60 €. Ces 60 € sont ensuite utilisés pour couvrir les coûts fixes, et si ensuite il reste de l’argent, c’est votre bénéfice net.

Ratio de la marge sur coûts directs : Ce chiffre, habituellement exprimé en pourcentage, est calculé en soustrayant les coûts fixes de votre marge sur coûts directs. De là, vous pouvez déterminer ce que vous devez faire pour atteindre le seuil de rentabilité, en réduisant les coûts de production ou en augmentant vos prix.

Bénéfices réalisés après calcul du seuil de rentabilité : Une fois que vos ventes sont égales au total de vos coûts fixes et variables, vous avez atteint le point d’équilibre. L’entreprise déclare alors un bénéfice net (ou une perte) de 0 €. Toutes les ventes au-delà de ce point contribuent à votre bénéfice net.

Comment utiliser l’analyse du seuil de rentabilité

Une analyse du seuil de rentabilité vous permet de déterminer votre seuil de rentabilité. Toutefois, ce n’est pas la fin de vos calculs. Après avoir fait le calcul, vous constaterez peut-être que vous devez vendre beaucoup plus de produits que vous ne le pensiez pour atteindre le seuil de rentabilité.

À ce stade, vous devriez vous demander si votre plan actuel est réaliste ou bien si vous devez augmenter les prix, trouver un moyen de réduire les coûts, ou les deux. Vous devez également vous demander si vos produits auront du succès sur le marché. Ce n’est pas parce que l’analyse du seuil de rentabilité détermine le nombre de produits que vous devez vendre qu’il y a une garantie qu’ils se vendront.

Idéalement, vous devriez effectuer cette analyse financière avant de créer une entreprise afin d’avoir une bonne idée du risque encouru. En d’autres termes, vous devez déterminer si l’entreprise en vaut la peine. Les entreprises existantes devraient effectuer cette analyse avant de lancer un nouveau produit ou service afin de déterminer si le bénéfice potentiel vaut ou non les coûts de démarrage.

Exemples d’analyse du seuil de rentabilité

Une analyse du seuil de rentabilité ne sert pas uniquement à planifier le démarrage d’une entreprise. Voici quelques exemples illustrant comment les entreprises peuvent l’utiliser dans leurs opérations et leur planification quotidiennes.

  • Prix : Si votre analyse démontre que votre prix est trop bas pour atteindre le seuil de rentabilité en fonction de l’échéancier établi, alors vous pourriez envisager d’augmenter le coût de l’article. Veillez toutefois à vérifier le coût d’articles comparables, afin de ne pas vous écarter du marché par le prix.

  • Matériaux : Le coût des matériaux et de la main-d’œuvre sont-ils insoutenables ? Vérifiez comment vous arriverez à maintenir le niveau de qualité désiré tout en réduisant vos coûts.

  • Nouveaux produits : Avant de lancer un nouveau produit, vous devez considérer les nouveaux coûts variables aussi bien que les coûts fixes, tels que les frais de conception et de promotion.

  • Planification : Lorsque vous savez exactement combien vous devez gagner, il est plus facile de fixer des objectifs à plus long terme. Par exemple, si vous souhaitez développer votre entrepris et déménager dans un espace plus vaste avec un loyer plus élevé, vous pouvez déterminer le chiffre de ventes supplémentaires que vous devez réaliser pour couvrir les nouveaux coûts fixes.

Objectifs : Si vous savez combien d’unités vous devez vendre ou la somme dont vous avez besoin pour atteindre le point d’équilibre, cette information peut représenter un puissant outil de motivation pour vous et votre équipe.