Mises à jour système

Nous rencontrons des problèmes susceptibles affecter vos services Square. Nous continuerons de mettre à jour notre page d’état avec plus d’informations.

Retour à la page d’accueil

Types de fraudes par carte les plus courants

Square surveille votre activité de paiements au fur et à mesure des transactions. En cas de soupçon d’activité suspecte, nous vous demanderons des renseignements supplémentaires pour vous aider à vérifier la nature d’un paiement. Cependant, en tant que gérant de votre entreprise, vous constitue son meilleur rempart contre les activités frauduleuses. Afin de vous protéger au mieux, vous et votre entreprise, il est important de connaître les types de fraudes par carte les plus courants auxquels vous pouvez être confronté et les moyens de les signaler.

La majorité des fraudes par carte sont généralement dues à des paiements sans présenter de carte. Il s’agit de paiements effectués en l’absence de l’acheteur pour lesquels celui-ci n’a pas à valider le paiement avec la saisie de son code PIN. Il importe que vous soyez au courant des tendances les plus répandues et des types de fraudes que les fraudeurs privilégient.

Cartes volées

Lorsque les fraudeurs obtiennent les détails d’une carte volée, ils peuvent avoir recours à ce type de fraude. Il est parfois possible qu’ils soient en possession de la carte volée, mais le plus souvent ils obtiennent les détails de la carte en question par voie électronique.

Le fraudeur effectue un paiement avec les données de la carte volée, et le commerçant expédie les marchandises en supposant que le paiement est authentique. Le véritable titulaire de la carte verra ensuite ce paiement non autorisé sur son relevé de carte et pourra contester la transaction.

Si le titulaire de la carte ne sait pas que les données de sa carte ont été volées avant que le fraudeur ne fasse un achat, le paiement peut être effectué normalement, même s’il n’a pas été autorisé.

Fraude par trop-payé

La fraude par trop-payé se produit lorsqu’un fraudeur effectue un achat qui peut inclure les services d’une tierce partie.

Par exemple, au moment d’effectuer un achat auprès d’un magasin de meubles, un fraudeur propose de payer un montant supérieur au montant réel si le commerçant accepte de transmettre ce paiement excédentaire à l’expéditeur ou à la société de livraison choisie par l’acheteur. Souvent, le fraudeur offre un pourboire au commerçant pour l’inciter à commettre cette infraction. Le commerçant envoie alors les fonds à la tierce partie, généralement par transfert bancaire ou un autre mode similaire, puis expédie les marchandises.

Lorsque le véritable titulaire de la carte se rend compte que sa carte a été volée, il conteste l’ensemble de la transaction, y compris le trop-payé destiné au tiers. Le commerçant perd finalement la valeur au détail de ses marchandises, ainsi que les fonds supplémentaires envoyés à une tierce partie.

Fraude par remboursement

La fraude par remboursement est similaire à la fraude par trop-payé : le fraudeur paie un montant supérieur au coût des biens ou des services, puis contacte le commerçant pour lui demander de rembourser le montant excédentaire. Cependant, le fraudeur demande généralement que le remboursement soit effectué par un autre mode, comme un transfert bancaire, un transfert via Western Union ou via d’autres méthodes rendant les fonds difficiles à récupérer.

Les organismes qui perçoivent des dons ou les organisations à but non lucratif peuvent être victimes d’une fraude par remboursement, par exemple lorsque le montant d’un don est anormalement élevé.

Rétrofacturation frauduleuse (ou « fraude amicale »)

On parle de rétrofacturation frauduleuse lorsque le véritable titulaire d’une carte effectue un achat, puis conteste la transaction à une date ultérieure. Cela peut se produire pour de nombreuses raisons :

  • Un acheteur peut ne pas reconnaître une transaction sur son relevé de carte et dans le doute vouloir contester le paiement, même si le paiement est légitime.

  • Un acheteur peut tenter de contourner la politique de remboursement d’un commerçant en s’adressant directement à la banque émettrice de sa carte pour contester un paiement, plutôt que d’essayer de trouver un arrangement avec le commerçant.

  • Un acheteur peut avoir recours à la procédure de litige de paiement comme une forme de « vol à l’étalage numérique ». Il effectue un achat, puis le conteste, afin de recevoir les marchandises tout en étant remboursé.

Maintenant que vous avez une meilleure idée des types de fraudes auxquels vous pouvez être confronté, il est important de prendre connaissance de toutes les précautions et de suivre les protégez-vous des escroqueries et de la fraude ainsi que les éviter les litiges de paiement pour votre entreprise.